Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Publications

Retour
60ème anniversaire du Traité de Rome par Philippe Jurgensen

60ème anniversaire du Traité de Rome par Philippe Jurgensen

Le soixantième anniversaire du traité de Rome a été fêté, le 25 mars dernier, dans une ambiance ternie par le Brexit et par l’euroscepticisme.

Pourtant, des tendances nouvelles commencent à se dessiner : les élections législatives aux Pays-Bas n’ont pas donné aux populistes de Geert Wilders la primauté que nombre de commentateurs annonçaient ; certains électeurs britanniques commencent apparemment à regretter leur vote anti-UE, mal éclairé par des présentations mensongères et qui en tout cas suscite un regain de séparatisme en Ecosse, voire en Irlande du Nord ; en Allemagne, on voit le président sortant du Parlement européen, Martin Schulz, faire progresser le SPD de dix points dans les sondages grâce à sa bonne image. La jeunesse, qui est dans l’ensemble nettement plus pro-européenne que ses aînés, commence à se mobiliser à travers l’Union : c’est ainsi que des marches de jeunes sont organisées un peu partout en Europe (à Berlin, c’est sur la Gendarmenmarkt[1] – sic !), y compris en Grande-Bretagne, à l’initiative du mouvement « Pulse of Europe ».

Si l’Europe occupe malheureusement peu de place dans les programmes des candidats aux élections présidentielles – nous n’avons d’ailleurs reçu que deux réponses[2], assez formelles, à la « Plateforme européenne » que nous leur avons soumise avec d’autres associations – elle retrouve aujourd’hui progressivement un meilleur rang dans les préoccupations des électeurs, comme le montrent les sondages récents ; et l’appartenance à l’euro est plébiscitée, même parmi les plus réticents au fédéralisme.

Les propositions de relance de l’Union européenne commencent à se multiplier et à se densifier. Si le « rapport Monti » sur les ressources propres communautaires manque quelque peu d’ambition (il a en revanche le mérite de mettre clairement en évidence le gain collectif apporté par l’Union et l’absurdité des calculs de « juste retour »), le rapport Juncker publié le 1er mars dernier, avec ses cinq scénarios accompagnés de propositions précises, ouvre une voie nouvelle ; il rejoint les analyses présentées fin 2016 par les cinq présidents des grandes institutions communautaires[3]. La « déclaration de Rome » du 25 mars dernier identifie les champs d’action prioritaires pour une relance de la construction européenne : la sécurité, la liberté des échanges et de la circulation des personnes, le multilatéralisme), le respect des engagements climatiques (en dépit de M. Trump dans ces deux derniers cas !)…

Le désir collectif d’une solidarité plus efficace en matière de sécurité et de défense est notamment manifeste. Cette préoccupation forte de nos concitoyens remet à l’ordre du jour, outre la nécessité d’une harmonisation des règles en matière de droit d’asile et d’accueil des migrants et d’un contrôle effectif des frontières communes (cf ci-dessous), le besoin d’une capacité de défense autonome complétant le « parapluie » fragilisé de l’OTAN. Le groupe de travail de personnalités civiles et militaires réuni sur ces questions à l’initiative d’ARRI et de la LECE a achevé ses travaux, qui sont désormais publiés et accessibles sur notre site[4].

L’autre grand sujet à l’ordre du jour est évidemment l’effet des migrations sur le marché du travail, avec les craintes de déséquilibres sociaux et de réactions politiques parfois violentes. Rappelons à cet égard qu’il faut soigneusement distinguer les réfugiés, demandeurs d’asile - que les traditions humanistes et les valeurs européennes nous font un devoir d’accueillir, mais selon des règles qui devraient être harmonisées entre pays membres - et les migrants économiques, qui peuvent être régulés en fonction des besoins et des possibilités de nos économies ; ce deuxième aspect suppose un contrôle commun enfin efficace aux frontières terrestres, aériennes et maritimes de l’ « espace Schengen ». Enfin, le sujet du statut et de la rémunération (salaires et charges sociales) des travailleurs détachés doit être révisé pour limiter les fraudes sociales.

Ces sujets délicats seront à l’ordre du jour de notre Commission économique et sociale, le 18 mai prochain.

En attendant cette réunion, à laquelle tous nos membres sont conviés, permettez-moi de vous citer un texte de Shakespeare, magnifique dans la langue d’origine mais éloquent aussi dans sa traduction. Comment ne pas y voir un fidèle reflet de certains extrémismes actuels, et une leçon de modération et de solidarité, placée ici dans la bouche du célèbre philosophe de la Renaissance Thomas More ? :

Thomas More répond à la foule en révolte, qui réclame “the removing of the strangers, which (would) much advantage the poor handicrafts of the city”[5]: « L’expulsion des étrangers, ce qui ne peut manquer d’être tout bénéfice pour les pauvres artisans de la ville ».

 

“Grant them removed, and grant that this your noise

          « Supposons-les partis, et que par ce tumulte

Hath chid down all the majesty of England.

          Toute notre grandeur s’est trouvée jetée bas ;

Imagine that you see the wretched strangers

          Imaginez que vous voyez ces pauvres étrangers,

Their babies at their back, with their poor luggage

          Leurs bébés sur le dos, avec un baluchon,

Plodding to th’ ports and coasts for transportation,

          Se traînant vers les ports et les côtes pour partir,

And that you sit as kings in your desires,

          Et que sur vos désirs vous régnez comme des rois,

Authority quite silenced by your brawl

          L’autorité muette du fait de vos clameurs

And you in ruff of your opinions clothed :

          Et vous-mêmes drapés dans votre exaltation.

What had you got? I’ll tell you. You had taught

          Qu’auriez-vous obtenu ? Moi, je vais vous le dire.

How insolence and strong hand should prevail,

          Vous auriez montré le triomphe d’une arrogance brutale,

How order should be quelled – and by this pattern

          Comment on ruine l’ordre – et par ce précédent

Not one of you should live an aged man

          Pas un seul d’entre vous n’atteindrait ses vieux jours,

For other ruffians as their fancies wrought

          Car d’autres séditieux, au gré de leurs fantasmes

With selfsame hand, self reasons, and self right

          Avec la même force, leurs raisons et leurs droits,

Would shark on you, and men like ravenous fishes

          Feraient de vous leur proie, et tels des poissons affamés

Would feed on one another.

          Les hommes s’entre-dévoreraient.

    

Philippe Jurgensen, président de la Ligue Européenne de Coopération Economique - France.


[1] Marché des gendarmes.

[2] Celle de François Fillon le 1er décembre 2016 et celle d’Emmanuel Macron le 4 mars 2017.

[3] Il s’agit des présidents de la Commission européenne, du Parlement européen, du Conseil européen, de la Banque centrale européenne et de l’euro-groupe. Ce rapport a été publié le 22 juin 2015.

[4] Adresse : lece-France.eu

[5] Texte de l’édition d’Oxford de 1986. La traduction est celle de l’édition bilingue des œuvres complètes, collection « Bouquins », éd . Laffont.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
L'Union européenne serait-elle dépassée par l'histoire ?

L'Union européenne serait-elle dépassée par l'histoire ?

Par Jacques André Troesch, président d'ARRI... L’Union européenne (UE) s’est construite et...

3 juillet 2018
Pacte de coalition du gouvernement allemand

Pacte de coalition du gouvernement allemand

Faits marquants et commentaires vus de la France, par Robert Diethrich, président du Cercle...

25 mai 2018
Union européenne "quo vadis" ?

Union européenne "quo vadis" ?

Par Christian Lequesne, universitaire, ancien directeur du CERI (Centre d'études et de...

9 mai 2018
Déclin des institutions internationales ?

Déclin des institutions internationales ?

Par Jacques André Troesch, président d'ARRI...Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les...

9 mai 2018
"Tout ce qui est excessif est insignifiant"

"Tout ce qui est excessif est insignifiant"

La brillante réélection de Vladimir Poutine est une éclatante démonstration de cette phrase de...

30 mars 2018
La convergence économique des pays de la zone euro, illusion ou nécessité ?

La convergence économique des pays de la zone euro, illusion ou nécessité ?

Par Philippe Jurgensen, inspecteur des Finances, président d'honneur de la Ligue Européenne de...

26 février 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus